24-25-26 AOÛT 2018 - DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD / PARIS - FRANCE

Le village du disque et rencontres CNV 2017

Découvrez le programme du Village du disque 2017.

Idéalement placé sur le site du festival, dans un écrin de verdure, son objectif reste le même : mettre à l’honneur la richesse de la production musicale avec la présence de disquaires franciliens et des professionnels de la musique, pour découvrir l’actualité de la rentrée en exclusivité !

Visitez les DISQUAIRES franciliens ! Ils vous présenteront des sorties en séries limitées, l’actu de la rentrée, des groupes en développement et les succès de l’année !

L’espace “TALKS” (conférences), pour des rencontres sur des thématiques pointues et forcement essentielles : Le hip-hop au féminin, la musique analogique, les “boutique” festivals, le merchandising créatif, le groupe Her, etc.

Le CNV (centre national de la chanson des variétés et du jazz) s’installe de nouveau au Village du Disque et vous propose de découvrir l’envers du décor des labels, salles, artistes, journalistes pour des Success Stories inédites.

LES DISQUAIRES

Les disquaires proposent à la vente leurs meilleurs vinyles et CDs sous les marronniers du parc. Profitez de cette occasion pour leur demander des conseils sur les incontournables du moment ou pour dénicher une édition originale rarissime. Que vous soyez petits collectionneurs ou grands mélomanes, apprentis DJs ou simple curieux, vous trouverez votre bonheur auprès des disquaires choisis par Rock en Seine.

BALADES SONORES 

Disquaire ultra éclectique et galerie d’art intimiste, La Fabrique Balades Sonores est la partie émergée de l’iceberg stroboscopique Balades Sonores,

repère d’activistes des musiques indépendantes depuis plus d’une décennie, via la boutique, donc, mais aussi des stands itinérants, une sélection mensuelle de disques, un micro label pour coups de coeur, un site internet fourni, une agence de communication/street marketing attentive et de l’événementiel.

THE WALRUS

En 2014, Julie ouvre le premier disquaire-bar à Paris pour réaliser son rêve : faire d’un magasin de disques un véritable lieu de rencontre. Un lieu qu’elle nomme Walrus

en forme de clin d’œil à l’un des titres des Beatles ! L’endroit est spécialisé dans le rock indépendant dont Julie, et Caroline qui depuis l’a rejointe dans l’aventure, sont de vraies passionnées. Lorsqu’elles ne conseillent pas les amateurs de vinyles, nos deux amies animent elles-mêmes le bar et font de Walrus un endroit où il fait bon se retrouver et se rencontrer ! Trouver un vinyle ou un CD, découvrir de nouveaux artistes, prendre un verre et discuter : Walrus c’est un peu tout ça à la fois ! (Petitscommerces.fr)

PENNYLANE

Pennylane est la boutique de l’association Le CALIF, située sur la place Sainte-Marthe. On y trouve des bacs dédiés aux labels indépendants français,

les indispensables en vinyles, les nouveautés, et une sélection de disques annotés. Des musiques éclectiques et choisies pour toutes les oreilles.

HANDS & ARMS 

Hands And Arms Music est un disquaire généraliste spécialisé en Indie Pop et en Musiques de Films.

Y sont proposés des vinyles, des CD, des K7 mais aussi des platines ou des goodies. Il est situé à Paris proche du Marché d’Aligre (75012) et sur internet

DISQUAIRE DAY

Suite à sa 6ème édition en avril dernier, le Disquaire Day vous accueille sur sa boutique éphémère à Rock en Seine.

Le Disquaire Day réunit tous les professionnels de la musique autour des disquaires indépendants. Pour l’édition 2016, c’était plus de 300 vinyles inédits ou produits en édition limitée qui étaient disponibles en exclusivité chez 230 disquaires indépendants dans toute la France. C’était également une trentaine de salles de concert où l’on a vu se produire des centaines d’artistes en live à l’occasion des Disquaire Day Nights. Cette année encore, le Disquaire Day s’associe avec Rock en Seine pour vous permettre de prolonger l’expérience de cette journée unique en vous proposant des exclusivités du Disquaire Day 2016.

BETINO’S 

Créé en 1999 par Betino Errera, Betino’s Record Shop est un magasin en plein cœur du 11ème arrondissement entre République et Bastille et proche du marais.

Spécialisé en black music soul, funk, house, reggae, jazz, boogie, latin, bresil, hip-hop, musique de film etc. Mais aussi un bon rayon rock/pop (surtout en originaux). Le vinyle reste « la priorité », près de 15 000 disques avec une bonne petite sélection de CD (aux alentours de 1000). Ainsi que des journaux musicaux, tee-shirts, quelques platines vintages, posters, produits d’entretiens pour vinyles. Les arrivages sont quasiment quotidiens, en vieux « originaux » ou en nouveautés en tous genres ou supports… 3 platines d’écoutes sont à votre disposition… un certain confort et une ambiance.

MUSIC FEAR SATAN

Commencé en 2004 comme simple site de VPC, MUSIC FEAR SATAN est depuis l’été 2010 une boutique à Paris mais aussi un label

avec déjà une vingtaine de références. Le magasin est spécialisé dans les nouveautés rock, de l’indie au black metal en passant par le punk-hardcore, le sludge ou le kraut rock entre autres.

LES TALKS 

VENDREDI 25 

CARTE BLANCHE A VINYLES DISTRICT 

La webradtio des labels indépendants (Djseks)

UNE HISTOIRE DU HIP-HOP FRANÇAIS (Success Story) 

Rock en Seine, c’est du rock, certes, mais c’est également beaucoup plus. L’édition 2017 de Rock en Seine fait la part belle aux musiques urbaines : Cypress Hill, la légende qu’on ne présente plus. Gracy Hopkins, le MC parisien.

 Denzel Curry, surdoué de 22 ans en provenance de Floride. Roméo Elvis, jeune rappeur associé à Le Motel, artisans surdoués du beat. Le prodige irlandais Rejjie Snow. La signature Def Jam, Vince Staples. Caballero & Jeanjass, venus de Belgique, seront également de la partie, tout comme Columbine, autoproclamé collectif le plus chaud de Bretagne. A cette occasion, on reviendra sur les 15 dernières années, en France, qui ont vu fleurir le genre et la multiplication des artistes, bien représentés désormais dans les salles et festivals ! Les précurseurs du genre, qui n’ont cessé d’occuper le terrain, l’évoqueront. Rencontre avec :

– Eric Bellamy de Yuma productions (Youssoufa, Joke’air, Gracy Hopkins)

– Emmanuel Forlani (80BPM, Paris La Nuit, Free your funk)

– Azzdine Fall, journaliste aux Inrockuptibles

LES “BOUTIQUE” FESTIVALS

Les festivals de musique sont nombreux, ne serait-ce qu’en France. Pourtant de nouveaux évènements ne cessent de se créer, mais ils sont d’un nouveau genre, permettant au marché d’être plus dense et plus diversifié, pour le bonheur du public !

 On les appelle les « boutique » festivals. Il s’agit de rassemblements plus intimistes, qui proposent moins des stars internationales que des expériences singulières et engagées. Qu’il s’agisse d’environnement, d’acoustique, de programmation, de se retrouver dans un camping ou de proposer un artiste culte qui présente ses amis possiblement inconnus en cassant les codes du festival (on pense au mythique et regretté ATP). Deux membres d’excellents rendez-vous du genre viennent nous en parler :

– Rob Dumas, Sébastien Marty et Victor Hall, membres fondateurs du Festival Pete the Monkey
-Emmanuel Brochec, co-fondateur du festival Hello Birds, événement food, music et nature à Etretat en Normandie
-Nico Prat, journaliste indépendant

SAMEDI 26 

LE HIP-HOP AU FÉMININ

«Si Princess Nokia a fait de la lutte contre le sexisme son combat, l’histoire d’amour entre rap et féminisme ne date pas d’hier. Dans les années 90, H.W.A, Lil’Kim ou Queen Latifah rappelaient déjà que le hip-hop n’était pas la chasse gardée des hommes », écrit Carole Boinet, journaliste aux Inrockuptibles

 dans un article paru récemment dans les Inrocks. A l’occasion d’une programmation de Rock en Seine qui fait la part belle aux musiques urbaines, nous avons eu envie de donner la parole aux jeunes artistes françaises du genre. Les Girls do it better prennent la parole ! « Depuis 2014, elles nourrissent Paris de leurs soirées hip-hop et de leur élégance féline ». « À présent, elles dévoilent leur tout premier projet musical – et nous prouvent qu’en matière de R’n’B, les Françaises n’ont rien à envier à leurs voisines américaines ». Lala&ce quant à elle, la « meilleure rappeuse française » qui ne veux pas faire la fille clichée évoquera, elle aussi, le sujet du sexisme. Rencontre avec :

– Lala&ce https://www.youtube.com/watch?v=lzOD-VedWno

– Girls do it better https://www.youtube.com/watch?v=kHhzUgxIyHc

– Carole Boinet, journaliste aux Inrockuptibles

 

LE GROUPE HER (Success Story)

Her est un groupe français originaire de Rennes. Formé en 2015, il est composé de Simon Carpentier et Victor Solf. Le nom du groupe, qui signifie « elle » en anglais, fut choisi par ses deux membres pour représenter la cause des femmes et du féminisme.

Pendant six ans, ils furent membres du groupe d’électro pop rennais The Popopopops, créé en 2007. Her fut fondé en avril 2015 et leurs premiers singles Quite Like et Five Minutes connaissent un succès immédiat. Le groupe revient d’une tournée anglaise auréolée de succès ; ils parleront de leur développement de carrière chez les British en présence de leurs manageuse et tourneuse ; avec :

– Victor, membre créateur du groupe HER

– Virginie Dubois, tourneuse du groupe chez Alias productions

– Mathilde Cottebrune, manageuse du groupe

– Samuel Degasne, journaliste indépendant

LA FINE FLEUR DES LABELS INDÉPENDANTS 

A l’occasion des dix ans de leur label respectif, Fany de KILL THE DJ et Arthur de PAN EUROPEAN échangeront avec le jeune et non moins excellent label MICROQLIMA de Antoine autour de leurs expériences de l’indépendance dans une industrie en mutation. 

Avec :

– Arthur Peschaud de Pan European recording (Aqua Nebulla Oscillator, Buvette, Flavien Berger, Juan Trip, Judah Warsky, Koudlam, Poni Hoax, Scratch Massive

– Fany Corral de Kill The Dj (Aswefall, Battant, C.A.R., Léonie Pernet, Ivan Smagghe)

– Antoine de Microqlima (Isaac Delusion, L’Impératrice, Pépite, Faire, …)

-Jean-Baptiste Guillot de Born Bad records (Cheveu, Frustration, La Femme…)

– et Aurélie Sfez, journaliste à Radio Nova

LES INROCKUPTIBLES, LA NOUVELLE FORMULE 

Le magazine Les Inrockuptibles proposera le 30 août prochain en kiosque une nouvelle formule, mais le mettra en place de manière exclusive à Rock en Seine ! Côté changements, ça concernera à la fois le magazine, le site et son appli.

Le titre ambitionne de s’articuler autour de trois grandes thématiques : la culture, la société et la création. Se voulant « plus haut de gamme », selon l’éditeur, Les Inrockuptibles nouvelle manière favorisera les temps longs de lecture. A découvrir en présence du son rédacteur en chef avec des abonnements à gagner sur place. Rencontre avec Pierre Siankowski, directeur de la rédaction et Matthieu Culleron, journaliste pour Radio France

DIMANCHE 27 

 L’UNDERGROUND
(Success Story)

 Ty Segall est un artiste qui s’est imposé sur la scène rock underground au milieu des années 2000. Considéré comme le pilier du garage-rock, il est omniprésent puisqu’il a toujours un nouveau projet à présenter et un album à préparer. Mais aujourd’hui c’est une méga star du genre… 

 Alors, c’est quoi l’underground ? Et qu’en est-il en France ? Deux tourneurs emblématiques évoqueront ainsi l’underground, cette scène si particulière et surtout ce qu’elle évoque en termes de créativité et d’indépendance… en présence du pape Ty Segall, avec aussi :

– Jérôme Busuttil aka Buzz, producteur de spectacles avec U Turn Tourning

– Jean-Sébastien Nicollet aka Jiess, producteur de spectacles avec de My Favorite

– Carole Boinet, journaliste aux Inrockuptibles

LA MUSIQUE ANALOGIQUE 

L’analogique a le vent en poupe. Les instruments ont disparu naturellement au fil du temps pour laisser la place aux avancées technologiques, que l’on retrouve chez de nombreux artistes qui en font même une marque de fabrique, comme un élément distinctif gage d’une qualité supérieure.

 On pourrait qualifier ce mouvement de régressif et nostalgique, mais il n’en est rien. Qu’il s’agisse de lecteurs cassettes, du son vinyl ou de consoles 8 pistes, on y perçoit davantage du fétichisme et des objets rares et luxueux, manipulables uniquement par des esthètes au fait de ces pratiques oubliées. Rencontre avec Marc Sirguy de Modular Square, Nicolas et Pierrot de Shelter Studio Paris et Samuel Degasne, journaliste indépendant.

LE MERCHANDISING CRÉATIF 

« Je fais mon maquillage au mercurochrome », phrase aperçue sur les t-shirts de Christine & The Queens, « fuck Travor » sur les t-shirts de Tame Impala, « damn » sur ceux de Kendrick Lamar… Tylor, the Creator a carrément sa marque officielle de vêtements et organise des défilés.

 Il y a aussi le pop-up shop éphémère des Daft Punk à Los Angeles qui a fait joliment parler de lui… Toutes ces initiatives ont un point commun, elles vendent du merchandising créatif. Adieu la liste des dates et le nom des groupes, vive les clins d’œil pour les fans ! Les nouveaux produits et la façon de les présenter au public émanent avant tout d’une volonté artistique. C’est un élan créatif à saluer, mais c’est aussi un nouveau sujet de marketing. Entrez dans l’ère 3.0 du merchandising. Rencontre avec :

– Stéphane Muraire du nouveau (et super) label Initial Artistes

– Samuel Degasne, journaliste indépendant

– Jérôme Sachs, StudioBuro studio graphique

En soutient avec :

                              Logo du Calif