Aller au contenu principal
Le mag'

Cinq choses que vous ne saviez (peut-etre) pas sur Sum 41

Cinq choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Sum 41

21 Août 2016

Depuis 2000, Sum 41 représente la coolitude du rock, quelque part entre musiciens et hooligans, le groupe de Deryck Whibley a enchainé succès et excès.

Avec quatre albums les quatre premières années, et quasiment 300 concerts par an, les génies du rock canadien connaissent une consécration en 2004. Un rythme frénétique que Sum 41 essaie de tenir au fil des années jusqu’en 2011. Après la sortie de « Screaming Bloody Murder », sombre et agressif, le groupe décide de souffler un peu. Une pause qui se révèlera plus longue que prévue.

Après un long break de cinq ans, durant laquelle le batteur Jocz a quitté la formation, le groupe fait son grand retour en studio et sur scène en 2016. Une pause nécessaire aussi pour Whilbley, hospitalisé en 2014 et qui se remet d’une insuffisance hépatique due à des années d’alcool en tournée et suivie d’une longue convalescence.

Pour financer « 13 Voices », leur septième album, Sum 41 a lancé une campagne participative en ligne. Ce nouvel opus est notamment marqué par le retour du guitariste Dave Baksh, après neuf ans d’absence. Une renaissance pour le leader de Sum 41 qui explique qu’il « avait besoin de chuter pour [se] relever ». Un album de dix titres qui verra le jour en octobre et qu’ils auront l’occasion de tester sur les planches de Rock en Seine.

Sarah Koskievic

Photo: © DR

En concert à Rock en Seine
Grande Scène
dim. 28 août, 17:45 > 18:45