Aller au contenu principal
Rock en Seine s'engage !

Environnement

La préservation et la réduction de l’impact de l’événement sur l’environnement et la mise en valeur du patrimoine du Domaine national de Saint-Cloud sont au cœur des préoccupations de production du festival.

Les équipes comme les artistes et le public sont plus que jamais en attente de ces dispositifs solidaires et environnementaux et nous continuerons à les développer. Notre responsabilité est globale et nos engagements pris sur le long terme. Nous ne nous limitons pas à des actions ponctuelles mais plutôt expérimentons et nous nous réorganisons d’années en années pour limiter toujours plus notre impact. 

LIMITATION DE L’EMISSION
DE GAZ A EFFETS DE SERRE

Vidéo créée en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau et Géraldine Hervé-Dannhauer. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • Les horaires sont prévus afin de permettre un retour en transports.
  • Une communication tournée vers l’utilisation des transports en commun par les festivaliers : 65% d’entre eux viennent à Paris en train, bus, ou covoiturage.
  • Le festival est accessible en métro, train, tramway, bus, velib, afin d’inciter un maximum de festivalier·è·s à venir en transports en commun ou propres : 75% des festivalier·è·s viennent depuis Paris en transports ou à pied.
  • Les équipes se déplacent principalement en véhicules électriques et vélos sur site.
  • Le festival a recours au maximum à des fournisseurs et prestataires franciliens.

MAITRISE DE LA
CONSOMMATION ENERGETIQUE

Cette année, le festival est accompagné par Engie pour la fourniture d’une partie du site en électricité verte.

Grâce à Dron Location, le festival réussi à avancer sur des solutions en matière de maitrise de consommation énergétique :

  • Le couplage et la gestion wattmétrique : Le fait d’additionner plusieurs petits groupes plutôt qu’un ou plusieurs plus puissants a permis de réduire considérablement la consommation.
  • L’enregistrement de données : Plusieurs puissances de groupes ont pu être réduites grâce à l’enregistrement des données de consommation électriques des groupes, permettant une meilleure optimisation sur l’année suivante. Evidement l’économie de carburant est importante, mais au-delà cela permet aussi de mieux utiliser les machines et d’augmenter leur durée de vie ou encore de réduire les moyens logistiques nécessaires (moins de camions et donc d’émissions de CO2).
  • Le carburant de synthèse : Ce carburant a la particularité de ne pas engendrer de surconsommation contrairement à d’autres bio carburants. Cette solution alternative aux carburants fossiles réduit de 90% les émissions de CO2 pour toutes les installations électriques provisoires des opérations. Fabriqué à base de déchets, il ne monopolise pas de ce fait de surface agricole pour sa production.
  • L’utilisation de mâts LED : Ces matériels permettent de diviser par trois la consommation de carburant pour les éclairages concernés.
  • La logistique / transports : La connaissance du site, des contraintes et du matériel utilisé permet d’optimiser les transports et de réduire le nombre de camions utilisés.

REDUCTION DES DECHETS

Vidéo créée en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau et Géraldine Hervé-Dannhauer. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • Toutes les informations du programme sont disponibles sur l’application pour limiter le recours au papier.
  • Un nombre important de robinets d’eau potable est réparti sur tout le site, pour limiter le nombre de bouteilles d’eau en plastique.
  • Le recours aux Ecocups permet d’éviter de jeter plusieurs centaines de milliers de gobelets.
  • La sensibilisation des partenaires et prestataires en amont de l’événement et leur implication sur le sujet du développement durable permet de limiter considérablement les déchets à la source. Ainsi le nombre de déchets générés par le festival a diminué de plusieurs tonnes par an depuis 2015 (-25% au total).
  • Les éléments de signalétique fabriqués pour le festival sont prévus pour être réemployés au maximum sur plusieurs éditions et les éléments jetés sont revalorisés.
  • Cette année, le festival a réduit drastiquement le plastique sur site en le limitant au niveau de son offre de boissons et en privilégiant les bouteilles en verre. Les bouteilles d’eau en plastique proposées à la vente sont des bouteilles RPET.

GESTION DES DECHETS ET TRI

  • 120 points de collecte bi-flux ou tri-flux (poubelles de tri) sont répartis sur le site et notamment renforcés sur les zones de repas.
  • Une équipe composée de 30 personnes est dédiée en permanence à la gestion des déchets.
  • Les huiles alimentaires usagées (utilisées sur les stands de restauration) sont collectées et revalorisées en bio-carburant.
  • Les mégots sont collectés spécifiquement afin d’être recyclés et revalorisés. En 2019, un total de 12 000 mégots ont été revalorisés et sont devenus des éléments de mobilier urbain.
  • Afin de lutter contre le gaspillage à l’issue du festival, les denrées alimentaires conservables sont collectées et les matériaux en bon état récupérés sur les stands, pour être redistribués à de nouveaux bénéficiaires. En 2019, grâce à Linkee, 716 kilos d’invendus alimentaires ont été collectés dimanche soir auprès des stands de restauration, puis redistribués dès lundi, permettant ainsi de servir 1433 repas aux plus démuni·es lors d’un grand repas festif dans deux centres de l’association La Chorba, qui lutte contre la faim et l’exclusion sociale.
  • Les matériaux ont été collectés pour servir aux ateliers de l’association Extra Muros et pour réaliser la scénographie et l’aménagement du festival du BAAM.
  • L’ensemble des déchets alimentaires du catering technique et des restaurateurs serviront à produire du compost qui sera donné pour l’entretien du Domaine national de Saint-Cloud.

Dans l’ensemble, la gestion des déchets et la sensibilisation des équipes en préparation de l’événement permet d’atteindre un taux de près de 30% de déchets triés ou revalorisés.

PRESERVATION DU DOMAINE

Vidéo créée en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau et Géraldine Hervé-Dannhauer. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • La préparation du festival prend en compte les spécificités du lieu qui l’accueille et tout est conçu de manière à ne pas modifier ou impacter durablement sa végétation.
  • Chaque année, le festival réalise un mécénat en faveur du Domaine afin de financer la restauration d’un espace ou monument du Parc.

Le public de Rock en Seine est sensibilisé à la spécificité du lieu et à l’enjeu de sa préservation via des spots sur les écrans géants entre les concerts ou des animations du Domaine national de Saint-Cloud.