Aller au contenu principal
Rock en Seine s'engage !

Environnement

La préservation et la réduction de l’impact de l’événement sur l’environnement et la mise en valeur du patrimoine du Domaine national de Saint-Cloud sont au cœur des préoccupations de production du festival.

Les équipes comme les artistes et le public sont plus que jamais en attente de ces dispositifs solidaires et environnementaux et nous continuerons à les développer. Notre responsabilité est globale et nos engagements pris sur le long terme. Nous ne nous limitons pas à des actions ponctuelles mais plutôt expérimentons et nous nous réorganisons d’années en années pour limiter toujours plus notre impact. 

LIMITATION DE L’EMISSION
DE GAZ A EFFETS DE SERRE

Vidéo créer en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau, Patrick Dos Santos et Patrick Pleutin. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • Les horaires sont prévus afin de permettre un retour en transports.
  • Une communication tournée vers l’utilisation des transports en commun par les festivaliers : 65% d’entre eux viennent à Paris en train, bus, ou covoiturage.
  • Le festival est accessible en métro, train, tramway, bus, velib, afin d’inciter un maximum de festivalier·è·s à venir en transports en commun ou propres : 75% des festivalier·è·s viennent depuis Paris en transports ou à pied.
  • Les équipes se déplacent principalement en véhicules électriques et vélos sur site.
  • Le festival a recours au maximum à des fournisseurs et prestataires franciliens.

MAITRISE DE LA
CONSOMMATION ENERGETIQUE

  • Les stands, les scènes et les allées et espaces techniques sont éclairés par des lumières LED, moins consommatrices d’énergie et programmées sur des horaires nocturnes uniquement ou déclenchées par des capteurs crépusculaires.
  • Une étude attentive des besoins en énergie par zone et période a permis de rationaliser fortement l’usage des groupes électrogènes.
  • Le recours aux énergies propres progresse sur l’ensemble du festival : certains espaces sont alimentés en énergie par un onduleur exclusivement chargé grâce à des panneaux solaires. Un onduleur hybride est également déployé sur la zone accueillant les bureaux de l’organisation.

REDUCTION DES DECHETS

Vidéo créer en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau, Patrick Dos Santos et Patrick Pleutin. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • La communication du festival limite le recours à des supports papiers. Le livret programme a été supprimé au profit d’une application mobile, ce qui représente 200 000 programmes de 56 pages en moins.
  • Un nombre important de robinets d’eau potable est réparti sur tout le site, pour limiter le nombre de bouteilles d’eau en plastique.
  • Le recours aux Ecocups permet d’éviter de jeter plusieurs centaines de milliers de gobelets.
  • La sensibilisation des partenaires et prestataires en amont de l’événement et leur implication sur le sujet du développement durable permet de limiter considérablement les déchets à la source. Ainsi le nombre de déchets générés par le festival a diminué de plusieurs tonnes par an depuis 2015 (-25% au total).
  • Les éléments de signalétique fabriqués pour le festival sont prévus pour être réemployés au maximum sur plusieurs éditions et les éléments jetés sont revalorisés.

GESTION DES DECHETS ET TRI

  • 120 points de collecte bi-flux ou tri-flux (poubelles de tri) sont répartis sur le site et notamment renforcés sur les zones de repas.
  • Une équipe composée de 30 personnes est dédiée en permanence à la gestion des déchets.
  • Les huiles alimentaires usagées (utilisées sur les stands de restauration) sont collectées et revalorisées en bio-carburant.
  • Les mégots sont collectés spécifiquement afin d’être recyclés et revalorisés. En 2019, un total de 12 000 mégots ont été revalorisés et sont devenus des éléments de mobilier urbain.
  • Afin de lutter contre le gaspillage à l’issue du festival, les denrées alimentaires conservables sont collectées et les matériaux en bon état récupérés sur les stands, pour être redistribués à de nouveaux bénéficiaires. En 2019, grâce à Linkee, 716 kilos d’invendus alimentaires ont été collectés dimanche soir auprès des stands de restauration, puis redistribués dès lundi, permettant ainsi de servir 1433 repas aux plus démuni·es lors d’un grand repas festif dans deux centres de l’association La Chorba, qui lutte contre la faim et l’exclusion sociale.
  • Les matériaux ont été collectés pour servir aux ateliers de l’association Extra Muros et pour réaliser la scénographie et l’aménagement du festival du BAAM.

Dans l’ensemble, la gestion des déchets et la sensibilisation des équipes en préparation de l’événement permet d’atteindre un taux de près de 30% de déchets triés ou revalorisés.

PRESERVATION DU DOMAINE

Vidéo créer en partenariat avec l’école Estienne sous la direction pédagogique et artistique de Mehdi Hercberg, Eric Boisseau, Patrick Dos Santos et Patrick Pleutin. Un grand merci aux élèves investis dans le projet !

  • La préparation du festival prend en compte les spécificités du lieu qui l’accueille et tout est conçu de manière à ne pas modifier ou impacter durablement sa végétation.
  • Chaque année, le festival réalise un mécénat en faveur du Domaine afin de financer la restauration d’un espace ou monument du Parc.

Le public de Rock en Seine est sensibilisé à la spécificité du lieu et à l’enjeu de sa préservation via des spots sur les écrans géants entre les concerts ou des animations du Domaine national de Saint-Cloud.