Aller au contenu principal
Le mag'

Halo Maud : "Je ne me sens pas musicienne"

Halo Maud : "Je ne me sens pas musicienne"

16 Sep 2018

Elle chante en français et en anglais, et les chansons de cette Auvergnate relocalisée à Paris semblent également se frotter à différentes cultures.

La nouvelle scène psychédélique française de Moodoïd ou de Melody’s Echo Chamber (deux groupes dont elle est l’amie et la collaboratrice), la dream-pop angélique de Broadcast ou de Beach House, ou encore la pop raffinée de Baxter Dury (avec qui elle a partagé la scène à de nombreuses reprises)… Pendant trop longtemps, Maud Nadal a exprimé sa créativité en participant aux projets de nombreux musiciens de son entourage.

Cette année, on la retrouve enfin seule aux commandes de son premier album solo, Je Suis Une Ile, qu’elle dévoile le 25 mai sur le fabuleux label anglais Heavenly Recordings.

Halo Maud : “Dans les faits, j’écrivais en solo et je donnais des concerts sous mon nom bien avant de collaborer avec des gens. En revanche, je me sens enfin à ma place, ça c’est certain. Cela me ressemble. Je vis les deux expériences, en groupe et en solo, de façon totalement différente. Quand j’accompagne des gens, je suis complètement au service de leur musique, et peut-être encore plus parce que je fais mes chansons à moi, donc je sais ce que c’est… Bizarrement, accompagner des gens, je trouve cela beaucoup plus flippant que de chanter mes chansons. Pourtant, je me mets davantage en avant en solo, mais au moins, j’ai toutes les cartes en main. Si c’est nul, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. En plus, je ressens toujours un problème de légitimité en temps que musicienne. On a beau m’embaucher, je trouve cela bizarre, je ne me sens pas musicienne. Un peu plus maintenant, oui. On m’appelle plus pour ma musicalité (je n’aime pas ce terme, ça fait Nouvelle Star) que pour ma technique, ça c’est certain”.

Halo Maud : “Je sais que j’ai naturellement tendance, dans mes compositions, à compliquer les choses, les charger, je sais donc que pour me faire “comprendre”, je dois apprendre à simplifier, épurer. Mais cela reste toujours dans certaines limites, je n’arrive pas encore à faire de vrais compromis, des choses dont je ne suis pas à 3000% convaincue. Je connais mes défauts, je tente de lutter contre, mais sans compromis”.

Propos recueillis par Nico Prat