25-26-27 AOÛT 2017 - DOMAINE NATIONAL DE SAINT-CLOUD / PARIS - FRANCE

MØ « Après Lean On, je ne trouvais plus ma place »

Musique 06 Sep

Comme l’indique la voyelle nordique de son pseudo, MØ (Karen Marie Ørsted sur son passeport) vient du Danemark. Elle s’exprime en anglais, la langue de Grimes et de Twin Shadow, sur ses chansons electro-pop incisives, qui soufflent le chaud et le froid à coups de synthés ensorcelants et de tempos minimalistes.

 

 

Contrairement à d’autres popstars d’aujourd’hui, la møme signe elle-même sa musique et ses paroles, ce qui lui permet de les incarner avec une force de conviction rare. Micro en main et regard acier déterminé, elle arpente la scène en pimentant ses refrains de petites chorégraphies improvisées.

Après avoir enchaîné les collaborations (Major Lazer, Iggy Azalea, DJ Snake…), elle lâche au compte-gouttes des avant-goûts prometteurs de son deuxième album, prévu pour cette année. Grand møment en perspective.

Voix cassée et dégaine longiligne, MØ est dans la vie comme sur scène : intense.

Je suis une bête sauvage, sur scène. Je suis très magnétique. J’aime tous les aspects de ce boulot. Ecrire, c’est une partie créative mais remplie d’émotions. C’est un vrai soulagement et c’est très moralement très satisfaisant. Etre sur scène, c’est un autre genre de satisfaction car je peux partager avec les gens. Je me nourris complètement de leurs énergies.

C’est dur d’être reconnue comme une artiste à part entière et pas seulement comme la voix de Lean On ?

Avant Lean On, j’avais déjà mon propre album mais j’étais plutôt une artiste indépendante. Mais quand le phénomène Lean On s’est produit, ça m’a ouvert toutes les portes, je suis devenue plus mainstream. Ça m’a pris du temps pour finir mon deuxième album car tout s’est accéléré et j’avais du mal à savoir si j’étais une artiste  indé ou mainstream et je ne trouvais plus vraiment ma place. Ça a été un cheminement long, difficile et excitant mais, évidemment, Lean On est une bénédiction dans ma carrière.

Les  gens attendent à ce que tu fasses du Lean On, sur ton prochain album…

Ça me fout la pression mais le plus important, c’est que je reste moi-même. J’essaie de ne pas me ranger dans une catégorie et ne pas me limiter. Je veux sentir à l’aise dans ma musique. A chaque fois que j’ai essayé de répondre aux attentes des gens, j’ai fait de la merde. Au contraire, à chaque fois que j’ai suivi mon instinct artistique, j’ai eu de très bons retours. Mais il faut oser aller à contre-courant, c’est le plus dur !

 

 

On peut attendre quoi de ce deuxième album ?

J’essaie de raconter des histoires, souvent personnelles. Ce sera un album résolument pop mais avec un côté sombre. Un peu comme chaque facette d’un être humain : le bon et le mauvais. D’ailleurs, toutes mes bonnes chansons ont été écrites dans une chambre d’hôtel, là où on est plus vraiment chez soi.

Donc, c’est la tournée qui t’inspire ?

Enormement, mais je suis très sensible donc je peux écrire à partir de tout et n’importe quoi. C’est assez grisant, l’écriture, car je peux ne rien produire pendant des mois et, soudain, tout me touche.

Propos recueillis par Sarah Koskievic

A voir aussi

Rock en Seine et Babel à la recherche de jeunes talents avec étapes
Illustration / 19 Oct

Rock en Seine et Babel à la recherche de jeunes talents avec étapes

En savoir plus
Lewis Evans dévoile son nouveau single
Musique / 12 Oct

Lewis Evans dévoile son nouveau single

En savoir plus
Karoline Rose  « J’ai toujours eu cette façon de vivre un peu au-dessus de mes moyens »
Musique / 10 Oct

Karoline Rose « J’ai toujours eu cette façon de vivre un peu au-dessus de mes moyens »

En savoir plus

Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres

J’achète mon billet